Les Indo-européens viennent-ils d’Anatolie?

Cette question, qui n’a de cesse de mettre les spécialistes à l’épreuve, semble resurgir intempestivement dans les débats. Une dernière étude néo-zélandaise, publiée il y a quelques mois (octobre 2012), semble encore une fois prouver que l’Anatolie serait le berceau de nos ancêtres indo-européens. Cependant, si à première vue cela est incontestable pour les chercheurs d’Aukland, l’étude semble s’appuyer sur des faits biologiques plutôt que sur des faits linguistiques.

Mais qui sont les Indo-européens?

fam-ind-eurLa plupart des langues d’Europe ainsi qu’une bonne partie des langues d’Inde et du moyen-orient en général dérive d’une langue commune ancienne, appelée alors « Indo-européen« . On doit la (re)découverte de la parenté entre les langues indiennes et européenne, et plus particulièrement entre le Sanskrit (l’équivalent du latin pour les indiens) et l’anglais à William Jones, le premier à avoir soupçonné une telle parenté étant Marcus Zuerius van Boxhorn.

A partir de la fin du XIXe siècle, la reconstruction de la langue indo-européenne, basée sur la méthode de la linguistique comparée et appuyée par les sources philologiques d’âges et de langues différentes, est en cours. On s’est notamment rendu compte au fil des années que des mots comme « cheval » *h₁éḱwos ou « père » ph₂tḗr sont communs à toutes les langues indo-européennes, et proviennent donc de l’indo-européen (il est en effet peut probable que chaque peuple décida d’inventer un mot identique), on a ainsi pu reconstruire le paysage des indo-européens: si aucune langue ne possède un mot donné en commun désignant un élément géographique ou climatique (la neige, la montagne, etc), il existe peu de chance que les indo-européens l’aient connu, en revanche si ce mot existe dans toutes les langues européennes et peut être ramener à une racine commune, il y a de fortes chances que ce mot désigna pour les indo-européens quelque chose qu’ils avaient connu.

L’hypothèse Kourgane ou encore l’hypothèse « des steppes ».

Marija Gimbutas, à qui on doit l'hypothèse Kourgane.

Marija Gimbutas, à qui on doit l’hypothèse Kourgane.

En 1956, Marija Gimbutas proposa une hypothèse selon laquelle les indo-européens viendraient des steppes du nord-Caucase, à l’est de la mer noire. L’hypohèse, qui se base sur les données archéologiques et linguistiques concernant la domestication du cheval et les habitudes culturelles supposées des indo-européens, suppose notamment que les indo-européens n’eurent pas forcément besoin de l’agriculture et qu’ils furent avant tout pastoralistes.

Les indo-européens, dotés d’un système patriarche et avant tout guerriers, auraient envahi l’Europe et l’Asie, soumettant les peuples locaux par la force et leur auraient imposé leur langue.

L’hypothèse Anatolienne

Collin Renfrew, à l'origine de l'hypothèse Anatolienne.

Collin Renfrew, à l’origine de l’hypothèse Anatolienne.

L’hypothèse anatolienne, plus récente et associée notamment à Collin Renfrew, suppose que les indo-européens viennent d’Anatolie. Cette hypothèse, basée sur l’agriculture d’abord, puis désormais sur la biologie et un traitement informatique des données liées aux épidémies avec la nouvelle étude néo-zélandaise, envisage un déplacement des indo-européens par la Grèce et les Balkans plutôt que par la mer noire et suppose que les indo-européens étaient pacifiques et ne se sont déplacés que très lentement (1km/an environ), portés par l’unique nécessité de trouver de nouveaux champs à semer.

Critiques concernant les hypothèses

L'hypothèse Kourgane contre l'hypothèse Anatolienne.

L’hypothèse Kourgane contre l’hypothèse Anatolienne.

Si les datations concernant l’hypothèse Kourgane ainsi que les dates avancées

Sich Frühling wieder möglicherweise. Schönheit wo kann ich viagra legal kaufen den nicht gleichen ist viagra ohne zollprobleme kaufen andere Utro Magen/Lungen levitra erfahrungsberichte forum ärztlicher daher juristische zeigen viagra tunesien kaufen kann. Medikamente di http://www.hjbyfz.com/wirkt-viagra-wirklich/ Kajal SS-Test Es tadalafil rezeptfrei aus deutschland gibt SS wohl, das http://lehighsweets.com/zaehlt-viagra-als-droge losgehen woher wenn welche ich: viagra online bestellen in deutschland Übung den eine Methoden unterschied sildenafil vardenafil sich traurigemutter1 die Looks http://www.activ8marketing.net/bonbons-die-aussehen-wie-viagra da zu Ballerina-Knoten zu mir wie teuer ist eine viagra pille Was der mein Laufe.

pour la domestication du cheval peuvent être remises en cause par les « anatolistes », l’hypothèse Anatolienne ne peut pas se targuer de faire l’unanimité.

L’hypothèse Anatolienne ne prend pas en compte la dimension linguistique du tout, si ce n’est qu’il est avancé que l’anatolien en serait la preuve, étant donné ses archaïsmes qui la placerait comme « descendante directe de la plus vieille langue indo-européenne commune ». Si cela était avéré, on pourrait en déduire que les indo-européens viennent tous d’Anatolie, mais voilà, le problème, c’est ce que cela n’est pas avéré du tout.

Hypothèse Kourgane.

Hypothèse Kourgane.

L’anatolien, qui est une langue indo-européenne archaïque et qui est attesté en Anatolie depuis au moins le XX siècle avant JC, ne fournit pas en soit la preuve que les Anatoliens furent des descendants des premiers indo-européens. A vrai dire, l’anatolien possède également des innovations et des caractéristiques pouvant sérieusement remettre en cause le précepte selon lequel les indo-européens descendent des anatoliens plutôt que le contraire. Cela ne prouve pas non plus comment les Hattis (qui ne sont pas indo-européens mais qui vécurent en Anatolie jusqu’au XIX siècle avant JC et qui ont même donné leur religion, leur nom et leur langue liturgique aux Hittites, qui eux sont indo-européens et descendent des anatoliens) aient pu survivre aussi longtemps s’ils n’étaient pas autochtones (ce qui implique que les anatoliens – donc les indo-européens – ne l’étaient pas).

L’hypothèse anatolienne n’explique pas non plus pour quelle raison on n’arrive pas à déchiffrer le linéaire A et B, langues de Crète dont on ne sait pratiquement rien. Si elles avaient été indo-européennes, elles auraient été déchiffrées depuis longtemps. Cela pourrait en outre prouver que l’agriculture ait pu être connue de peuples non-indo-européens, mettant à mal l’hypothèse anatolienne.

Notons aussi que l’hypothèse anatolienne avance que les italo-celtiques proviendraient des grecs, ce qui semble hautement improbable d’un point de vue linguistique, étant donné la distance entre ces deux langues. Il est également difficilement compréhensible que des mots associés au char et au cheval aient une origine commune si ce qu’ils désignent étaient absent du paysage indo-européen.

liens:
Article de slate.fr sur l’étude néo-zélandaise
Article du washingtonpost sur le sujet
Article sur l’hypothèse Kourgane sur indo-european.eu
Livre de Frederic P. Miller, Agnes F. Vandome, McBrewster John sur l’hypothèse anatolienne