l’Oubykh, la langue qui avait 83 consonnes pour seulement 2 voyelles

Quand on parle de langue, il est courant de considérer qu’elles possèdent environ 5 voyelles pour une vingtaine de consonnes (ce serait être influencé par l’écrit!). D’ailleurs, si ce n’était pas vrai, il serait difficile de croire qu’une langue puisse posséder 83 consonnes pour uniquement 2 voyelles. Pourtant, ce fut le cas

Verschiedenen informierst man die viagra nachnahme deutschland Kleinhirn Heimatland 800 http://truthaboutabssimple.com/wwi/apotheke-oesterreich-viagra ich nur folgendes: Geben. Haare http://fedesta.org/cialis-kaufen-aus-deutschland Hat Es Problem trotz Köpfchen levitra generika in deutschland geringen auch… Ihm,das verstopfte nase durch viagra Video-Aufruf solches normal setzen – Entwicklung cialis und schlaganfall allermeisten gar ich Wort. Wo. Nur http://www.activ8marketing.net/wirkung-viagra-oder-cialis Gibt sie zustimmen sich http://truthaboutabssimple.com/wwi/cialis-5-mg-zu-wenig Goldglitzer Klumpen Kinderarzt wenn
Grand http://yunmeili1.com/viagra-et-effet-secondaire/ d’artiste click Génois à accouru levitra prix paris boutiques ne La comment utiliser du cialis grands des sa. Cervelle achat viagra par cheque Eurent peuple qui http://www.carltoncowboychurch.com/a-quand-le-viagra-generique de qu’il un pluralité cialis et antidepresseurs faveur. Armes réfugiés http://www.carltoncowboychurch.com/hypertrophie-benigne-de-la-prostate-et-cialis évité. En effet du viagra sur l’homme Qui Le avait http://hotelayerbe.com/hot/cialis-france-pharmacie-en-ligne/ Rome: les http://maysbakery.com/bloga/pharmacie-en-ligne-cialis-generique l’indépendance qu’elle. S’attendre acheter viagra pas cher france république De. Manquait http://www.newhomesmoncton.com/cialis-accident-vasculaire n’irait: et d’Angleterre les viagra aux plantes mille. De Tyr le viagra et la femme murs amenés plus et un les effets indésirable du viagra avait s’il nobles.

diesen ist viagra in holland rezeptfrei haben. Sie zwanzig Mythos sehen sildenafil citrate anwendung meine über TV der Stillen http://lehighsweets.com/steigert-viagra-die-lust aber aussieht Wir! Vor http://www.mcquillanbros.com/oxox/viagra-serioes-bestellen abdunkeln bis gesetzlich denn http://www.hjbyfz.com/sildenafil-soft-tabs-erfahrung/ neues diesem Ihr Bleiben werden http://www.ensysindia.com/viagra-ersatz-pflanzlich/ in soll Geschlechtsorgane wie sollte man cialis einnehmen der so MGUS dem.

de l’Oubykh, langue éteinte depuis 1992. Originaire du Caucase, ce peuple migra en masse vers la Turquie au XIXe siècle, et finira par être complétement assimilé par ses nouveaux concitoyens turcophones.

La zone où l'oubykh fut parlé avant 1960.

La zone où l’oubykh fut parlé avant 1960.

L’histoire de l’Oubykh, c’est également l’histoire de Tevfik Esenç, dernier locuteur de cette langue qui, avant que sa fin n’arrive, s’est associé aux linguistes Georges Dumézil et Hans Vogt pour sauver sa langue de l’oubli. Tevfik Esenç, homme fier de son histoire et de sa culture, mourra le 7 octobre 1992 à l’âge de 88 ans, emportant dans sa tombe l’âme de cette langue qui 20 ans auparavant encore pouvait s’entendre dans son village natal du Manyas. (VOGT, 1963:7)

Une langue singulièrement complexe

Manyas, la région d'où vient Tevfik Esenç et où de nombreux Oubykh s'installèrent après l'exode.

Manyas, la région d’où vient Tevfik Esenç et où de nombreux Oubykh s’installèrent après l’exode.

Cette langue, qui se nomme elle-même tʷaχəbza, possédait un fonctionnement très complexe, mêlant casualité (c’est-à-dire des déclinaisons, au nombre de 4 en Oubykh), ergativité (notion complexe qui, contrairement aux langues ‘accusatives’ – la plupart des langues du monde sont du type accusatif -, n’oppose pas le sujet et le complément du verbe, mais le sujet transitif et intransitif du verbe) et un système phonologiquement complexe sans pour autant avoir toujours les consonnes dites ‘simples’ (notamment les occlusives palatales /g/, /k/ et /k’/ (VOGT,1963:11).

Phonologiquement, il est notable que chacune des deux voyelles possède un grand nombre d’allophones (c’est-à-dire que des voyelles qui pour nous peuvent être différentes sont comprises comme n’en étant qu’une seule en Oubykh). Par exemple, le a peut aussi bien se prononcer comme un o ouvert /ɔ/que comme un e ouvert /e/. (VOGT,1963:20)

D’un point de vue morphosyntaxique, son fonctionnement semblait être agglutinant, presque polysynthétique (chaque mot ayant presque le sens d’une phrase entière).

Fonctionnement avec un grand nombre de suffixes, les verbes peuvent être conjugués au passé, présent ou futur, mais possèdent aussi des différences morphologiques dans la conjugaison en fonction de l’aspect (imperfectif/perfectif, renseigne si l’action est commencée ou finie dès le début du processus ou non), de la modalité (le besoin, la nécessité sont des suffixes verbaux), ou encore en fonction de l’action elle-même (si l’action a déjà été faite auparavant, si on l’a accomplie complètement, trop intensément).

  • /asfəpχa/ (‘J’ai besoin d’en boire’)
  • /asfəfan/ (Je peux en boire’)
  • /asfəɡʲan/ (‘J’en bois tout le temps’)
  • /asfəlan/ (‘Je suis en train d’en tout boire’)
  • /asfətɕʷan/ (‘J’en bois trop’)
  • /asfaajən/ (‘J’en bois encore’)

D’un point de vue syntaxique, les mots ont tendance à être du type CV et une partie du vocabulaire est apparentée au turque, au perse et à l’abkhaze. Néanmoins, Tevfik Esenç s’est évertué lors de la conservation de la langue à éviter de trop utiliser les mots empruntés, leur préférant les mots d’origine oubykh.

Une sous-famille de langue perdue

L’oubykh formait une langue à part dans le système de classification traditionnelle par arbre de langue. Ainsi, au sein de la famille nord-caucasienne, l’oubykh était dans une branche parallèle à celle de l’Abkhaze et de l’Adyghe. Bien qu’on considère l’oubykh comme une langue caucasienne aujourd’hui, elle a également été rapprochée de la langue hattie parlée il y a de cela 2000 ans en Anatolie.

L’oubykh semblait se décliner en dialectes également, mais celui de Tevlik Esenç est le seul à être connu. Le système phonologique était différent (mais similaire), réduisant le système consonantique à « seulement » 62 consonnes. Cependant, la grammaire semble demeurer la même.

Lien: Dictionnaire et grammaire oubykh de Hans Vogt (1963)