Blog

Home   /   Vidéos   /   Paye Ton Expression   /   grève – PTE#10

grève – PTE#10

D’où vient le mot « grève »? Est-ce lié à la plage? Aux cailloux? Au mot ‘graver’? Et les francs, ont-ils un rôle à jouer? Réponse dans cette vidéo!

Du nom de lieu au nom commun

Le mot grève vient donc de la place de la Grève à Paris, aujourd’hui renommée en place de l’hôtel de ville. D’un nom de lieu, on a donc formé un nom commun. Ce n’est pas vraiment surprenant en soi : dans les journaux, on utilise très souvent les capitales de pays pour désigner les pays eux-mêmes, comme dans la phrase « Berlin refuse d’aider Athènes », où Berlin renvoie à l’Allemagne et Athènes à la Grèce. Ce phénomène est bien évidemment plus poussé pour le cas de grève, puisque le référent principal a été perdu et le mot grève ne s’emploie presque plus que dans le sens « cessation de travail », sans qu’il soit fait référence à cette place de Paris ou au premier sens du mot. Mais ce n’est pas un exemple isolé : un Paris-Brest désigne par exemple aujourd’hui une pâtisserie, le mot faïence est utilisé sans que l’on fasse référence à la ville de Faenza, et le mot capharnaüm n’a plus rien à voir avec la ville biblique du même nom.

Gravier, un mot gaulois?

Lorsque les romains ont conquis leurs territoires, les langues déjà parlées sur place ont eu une influence sur le latin qui s’y est parlé : c’est ce qu’on appelle un substrat. Par exemple, le français possèdent plus de mots gaulois que l’espagnol, et pour cause : tout le domaine où l’on parle aujourd’hui français a été, autrefois, peuplé de gaulois, contrairement à l’Espagne.  Mais difficile de dire si le mot gravier (< *grava) est un mot d’origine gauloise ou non : selon le Larousse étymologique, c’est par exemple probablement le cas, mais selon le CNRTL (CNRS), c’est improbable.

De la même façon, on retrouvera des mots francs en France, des mots vikings en Normandie. Parfois, on retrouve également des mots dans des aires géographiques plus grandes et dans des langues diverses aux histoires différentes, sans qu’on puisse en définir leur origine. On peut même parfois aller jusqu’à supposer que le mot provient d’une langue ancienne et inconnue. Le cas de *grava – qui a donné gravier – est, selon le CNRTL, dans ce cas, puisqu’il commun à une aire géographique bien plus grande que l’aire gallo-romane, ce qui suppose qu’il puisse être d’origine prégauloise.

Nos ancêtres les Francs

Nos « ancêtres » les Francs parlaient, en effet, une langue germanique. Cette langue, que l’on appelle le vieux-francique ou ancien bas francique est relativement proche du néerlandais et de l’allemand, et encore plus des dialectes bas-allemands. en réalité, peu de mots nous ont été apportés par les Francs, sauf dans quelques domaines précis comme la guerre, les couleurs ou quelques désignations de lieu. D’un point de vue linguistique, les français ont clairement plus pris des romains que des francs (ou des gaulois).